Introduction : Pourquoi on est malheureux

Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre mondeBuddha

On est tous dans la même galère : on ne s’arrête jamais de penser. Notre cerveau produit en moyenne 60 000 pensées par jour.

Malheureusement on a beaucoup plus de pensées telles que la peur ou la colère que de pensées qui nous font rire ou nous poussent à créer.  C’est pour ça qu’autant d’entre nous sont si souvent déprimés ou énervés.

Toutes ces pensées négatives viennent de notre héritage biologique : le cerveau humain n’a quasiment pas évolué depuis la préhistoire.  Avant, comme tous les autres animaux, on devait chaque jour éviter la mort, et les pensées négatives nous permettaient d’anticiper les dangers et de survivre.  Mais quand le danger de mort est moins pressant, comme c’est le cas dans le monde dans lequel on vit, les pensées négatives ne servent plus à grand chose, et du coup elles nous plombent l’existence: elles nous poussent à avoir des conflits avec les autres, à leur faire des reproches, à se raconter qu’on est nuls.

On peut être en bonne santé, avoir plein d’argent, être entourés de gens qui nous aiment, on n’est jamais vraiment à l’abri de se sentir mal. On connaît tous d’ailleurs des gens pourris gâtés par la vie qui semblent incapables de l’apprécier. C’était mon cas avant : j’avais beau « tout » avoir – un super job, une petite copine, des parents aimants et plein de potes – j’étais pourtant malheureux.

Beaucoup dans le même cas vont voir des psys pour comprendre ce qui cloche. Ils vont creuser dans leur histoire et iront souvent se faire prescrire des médicaments pour aller mieux.

La démarche de voir un psy peut bien sûr être utile dans certains cas.  Mais notre société oublie trop souvent qu’il existe aussi des solutions faciles, gratuites – et beaucoup plus anciennes et universelles que la psychologie – pour faire face à nos problèmes. Des solutions basées sur l’idée que tout le monde peut entrainer son cerveau pour qu’il produise moins de déchets et nous apporte plus de bonheur.

Car la bonne nouvelle – et la base des Antisèches du Bonheur – est que notre cerveau est comme de la pate à modeler: on peut tous le reconfigurer pour qu’il nous serve mieux.

On peut améliorer nos vies considérablement en prenant les rennes du cheval fou coincé dans chacune de nos têtes.

Dans chaque Antisèche je proposerai des solutions faciles à appliquer – telles que la méditation ou la pratique de la gratitude – pour modifier les prédispositions naturelles du cerveau, afin qu’il produise plus de bonheur spontanément. Je suggèrerai de petits changements – relatifs à notre état d’esprit – dont les bienfaits sont prouvés scientifiquement, que j’ai appliqués avec succès depuis plusieurs années, et qui, sans la bouleverser, changent complètement la vie.

 Bienvenue aux Antisèches et prépare-toi à être (encore plus) heureux! 🙂

Leave a Reply

*

9 comments

  1. Nathalie

    Merci pour vos mots qui me font du bien
    Avez vous une page facebook afin de pouvoir la consulter regulierement? Merci d avance pour votre reponse

  2. MOULINEUF Vanessa

    Super ton blog ! Continue ! Merci à toi 😉

    • Lehmann Jonathan

      Merci à toi Vanessa pour ces encouragements!

  3. Karine

    Hâte de te lire a nouveau au plus vite Jonathan… J’espère que j’arriverai a modeler mes pensées qui me font souffrir d’insomnies depuis bientôt 3 ans. Je suis a bout…
    Merci d’etre la et de vouloir nous aider a nous guider vers la sérénité de notre esprit et donc de notre corps.
    A très très vite j’espère.

  4. saki

    Merci pour ton blog qui m inspire car je vais en créer un bientôt. Belle philosophie, et longue vie à ton blog

  5. steph

    J ai lu sur la loi d attraction ,sur le bonheur en général ,j ai fait de la méditation quand j étais sans enfants ,ce qui n est plus le cas et je trouve que tout cela est bien difficile à appliquer .Nous vivons à un rythme effréné et habitué à ce rythme il nous est parfois très
    difficile de prendre un moment ,et de ralentir ne serait ce que quelque minutes car nous sommes habitués à l action .
    Mais ce que vous proposez est pourtant la voie ,merci de me le rappeler

  6. Shana

    Bonjour,

    Je suis agréablement surprise par votre blog, bravo !
    Je suis curieuse de savoir pourquoi et comment vous avez réussi à quitter ce qui vous rendait malheureux (votre ancien job par exemple) ? Vers quoi vous êtes-vous orienté ensuite ? Et comment en êtes-vous venu à « ouvrir » ce blog et à vous intéresser à la psychologie positive / la méditation… Beaucoup de questions et le média ne s’y prête peut-être pas… Quoiqu’il en soit : merci !

Next ArticleMéditation pour reconnecter à sa respiration (idéale pour débutants)