Antisèche 5 – Les mini méditations (ou comment être un mini Dalai Lama)

La seule façon d’accomplir est d’êtreLao-Tseu

La méditation c’est bien mais c’est dur d’instaurer une nouvelle habitude comme ça dans son quotidien ; et même avec la meilleure volonté du monde, pas facile de méditer 20 à 30 minutes le matin et le soir, tel que le recommandent certains sages.

J’étais à un séminaire l’an passé avec l’auteur Eckhart Tolle qui expliquait que l’important pour obtenir les bienfaits de la méditation n’est pas tant de s’astreindre religieusement à une pratique stricte de la méditation – bien qu’elle soit extrêmement bénéfique – ni même d’aller s’exporter dans des ashrams dans des contrées lointaines; mais plutôt d’apprendre à, chaque jour, plusieurs fois par jours, interrompre le cours incessant de nos pensées compulsives pour nous reconnecter à l’instant présent.

Lire la suite de l’Antisèche

Antisèche 4 – Confronte ta peur

Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c’est la peur d’échouer.Paulo Coelho

Avant ma vie était souvent gouvernée par la peur. Je restais par exemple accroché à des relations intimes qui n’allaient plus, par crainte de commettre une erreur, de faire du mal à ma future ex, ou de me retrouver seul. Pareil au travail.  Après l’université je suis devenu avocat d’affaires pendant 7 longues années qui m’ont semblé durer 3 siècles:  je souffrais quotidiennement de la masse de travail qu’on m’imposait et de l’hostilité ambiante au bureau, mais j’avais trop peur pour partir.  Peur de ne pas trouver mieux, de ne plus gagner autant d’argent, d’avoir des regrets.

J’ai compris récemment qu’un des ingrédients clé du bonheur est de prendre conscience de ses peurs, pour décider une bonne fois pour toutes de ne plus les laisser nous guider.  C’est plus facile à dire qu’à faire… mais c’est essentiel.

On peut concevoir la vie comme étant divisée en 4 zones : la zone de confort, la zone d’apprentissage, la zone de panique, et la zone magique. Lire la suite de l’Antisèche

Antisèche 3 – Choisis la pensée utile plutôt que la pensée vraie

Est-ce que tu te rends compte que le soleil ne se couche pas, que ce n’est qu’une illusion causée par la terre qui tourne en rond ?The Flaming Lips (Do You Realize)

Quand j’étais ado mon sport préféré était de convaincre les gens ; de mettre des arguments les uns à la suite des autres pour démontrer que j’avais raison et que l’autre avait tort : à chaque fois que je réussissais à « gagner » une discussion, c’était comme si j’arrivais à établir ma supériorité sur les autres; c’était comme une drogue pour moi.

On évolue dans la vie en accumulant des convictions, sur nous, sur les autres, sur ce qu’il se passe de bien et de mal dans le monde – en somme sur ce qu’on considère « vrai ».

Lire la suite de l’Antisèche

Antisèche 2 – L’arme atomique du bonheur : la méditation

Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambreBlaise Pascal

On entend de plus en plus parler de méditation. On sait qu’elle aide à prévenir les maladies cardio-vasculaires, à devenir plus serein, ou encore à mieux se concenter.

Mais on comprend pas vraiment à quoi ça sert, et on l’associe souvent à des moines bouddhistes à l’autre bout du monde.  Bref, c’est pas trop notre truc.

En fait la méditation c’est juste la pratique d’entretenir notre cerveau en lui donnant un peu de répit. De la même façon qu’on redémarre son ordinateur pour qu’il soit plus performant, méditer permet de calmer le tourbillon incessant de nos pensées.

Lire la suite de l’Antisèche

Antisèche 1 – Pratique la gratitude pour booster ton cerveau… dans ta douche!

L’ingratitude est mère de tout viceLa Fontaine

Avant je me plaignais tout le temps : de ne pas avoir assez d’argent, ou de ne pas avoir assez de temps libre, ou encore des gens autour de moi qui ne se comportaient pas comme je le voulais.

On passe plus de temps à se plaindre qu’à remercier la vie de ce qu’elle nous offre. C’est le résultat du phénomène qu’on appelle « adaptation hédonique» : si je rêve d’un iPhone, je vais imaginer comme je serai heureux quand je l’aurai finalement, mais en vérité, une fois acquis, le bonheur que j’en retire va s’estomper petit à petit.

Lire la suite de l’Antisèche

Introduction : Pourquoi on est malheureux

Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées, nous bâtissons notre mondeBuddha

On est tous dans la même galère : on ne s’arrête jamais de penser. Notre cerveau produit en moyenne 60 000 pensées par jour.

Malheureusement on a beaucoup plus de pensées telles que la peur ou la colère que de pensées qui nous font rire ou nous poussent à créer.  C’est pour ça qu’autant d’entre nous sont si souvent déprimés ou énervés.

Toutes ces pensées négatives viennent de notre héritage biologique : le cerveau humain n’a quasiment pas évolué depuis la préhistoire.  Avant, comme tous les autres animaux, on devait chaque jour éviter la mort, et les pensées négatives nous permettaient d’anticiper les dangers et de survivre.  Mais quand le danger de mort est moins pressant, comme c’est le cas dans le monde dans lequel on vit, les pensées négatives ne servent plus à grand chose, et du coup elles nous plombent l’existence: elles nous poussent à avoir des conflits avec les autres, à leur faire des reproches, à se raconter qu’on est nuls.

Lire la suite de l’Antisèche