Jon Kabat-Zinn

La pratique de la méditation va au delà du silence, de l’immobilité, et des méditations guidées.

Ce qu’on appelle la « pleine conscience » (de l’anglais « mindfulness ») pourrait aussi s’appeler la « méditation en mouvement » : il s’agit d’un état où l’on est entièrement concentré sur ce qu’on fait, on ne pense à rien d’autre, et on ne voit pas le temps passer. C’est l’inverse d’un état qu’on connaît tous trop bien, où on fait plusieurs choses à la fois (ce qu’on appelle en anglais le « multitasking »).

On vit tous des moments de pleine conscience, naturellement : dans le sport, dans le jeu, dans le sexe, pendant une lecture ou un film fascinant.

Mais on peut aussi transformer intentionnellement toutes sortes d’activités en des méditations en mouvement, afin de mieux les apprécier, de calmer le mental, et de redécouvrir la joie du moment présent. (C’est d’ailleurs ce qu’on apprends au yoga, qui est une des formes les plus pratiquées de méditation en mouvement.)

On peut pratiquer la pleine conscience avec une activité qu’on aime déjà. Par exemple j’adore le tennis, mais avant je jouais surtout pour faire de beaux coups et gagner des points ; maintenant j’essaye de faire plus attention à chaque coup, à la sensation de la balle qui touche le cordage, à ma respiration, au mouvement de mon corps. Je pense moins à gagner. Et je me force à revenir sur le jeu quand mon mental part en vadrouille. Paradoxalement, grâce à ça j’ai fait de vrais progrès et je gagne plus souvent qu’avant.

Mais on peut aussi appliquer la pleine conscience aux activités qu’on n’aime pas du tout! Avant je détestais faire la vaisselle, par exemple, et donc j’essayais de la faire le plus rapidement possible, pour pouvoir vite passer à autre chose (et je cassais souvent un truc). Maintenant j’essaye de prendre mon temps, de me concentrer sur le plus de détails possibles : la température de l’eau, l’odeur du savon, les bruits ambiants… La corvée devient un jeu, j’y résiste moins, et ça en devient presque amusant.

Qu’il s’agisse d’une activité qu’on adore ou qu’on déteste — qu’il s’agisse même simplement d’écouter quelqu’un parler — on peut toujours se mettre en état méditatif et pratiquer la pleine conscience : en prenant son temps, en se concentrant à 100% sur l’activité, en se recentrant sur sa respiration et sur son corps à chaque fois que le mental nous parle du passé ou du futur.

La méditation ne s’arrête pas forcément quand la cloche sonne à la fin : elle peut devenir un mode de vie <3

Leave a Reply

*

Next ArticleEckhart Tolle