La parole impeccable & l’effet miroir

La semaine dernière j’ai publié une vidéo sur les « 4 Accords Toltèques » (https://www.youtube.com/watch?v=XVtMqaM4hs0), et aujourd’hui j’aimerais bien discuter avec vous plus en profondeur du premier de ces accords, qui nous invite à pratiquer la parole impeccable.

Cet accord me semble plus complexe qu’il en a l’air. Vu simplement, il s’agit d’arrêter de se servir du verbe de façon négative, que ce soit pour dire du mal de soi-même ou des autres. Mais si on creuse, on comprend que cet accord nous invite en fait à suspendre nos jugements.
Parce que tout jugement, comme l’explique le penseur Matt Kahn (https://www.youtube.com/watch?v=n2da2CQEyy0), dénote un manque d’amour de soi.

L’équation est plus simple qu’elle en a l’air : tout ce qu’on voit en l’autre est également en nous ; et si on n’aime pas quelque chose en l’autre, c’est qu’il y a une partie de nous-même qu’on n’accepte pas vraiment.

Je me suis moi-même surpris récemment à pointer un vieil ami du doigt ; à lui reprocher un manque d’empathie, de générosité, et de courage. Mais en fait j’ai compris cette semaine qu’en l’accusant je m’accusais moi-même ; qu’en dénonçant ces traits en lui, je dénonçais mon propre manque d’écoute, mon propre égoïsme, ma propre peur.

Les sages nous disent qu’il faut s’aimer inconditionnellement pour que les autres nous aiment. Car en général on aime sous condition : on aime l’autre sauf quand il est radin ; on s’aime soi-même sauf quand on se trouve ridicule. Mais aimer ce n’est pas juste aimer ses qualités et celles des autres ; c’est aussi aimer ses défauts et ceux d’autrui ; ou tout au moins les tolérer et accepter qu’ils font partie de nous ; et qu’on ne mérite pas de moins s’aimer ou de moins aimer l’autre pour autant. Ces défauts nous indiquent le chemin vers une meilleure version de nous-même.

Donc :

1. Il est essentiel de pratiquer l’amour inconditionnel de soi, car c’est le seul moyen de vivre un bonheur qui ne dépend pas de circonstances extérieures, lesquelles sont toujours changeantes.

2. Pratiquer la parole impeccable, et notamment pratiquer le non-jugement de soi et des autres, est une des clés pour cultiver cet amour de soi.

3. Quand on se surprend à émettre un jugement, que ce soit de soi-même ou d’autrui, il est utile à notre bonheur de ne pas se juger d’avoir jugé, et de se servir de ce jugement comme une sonnette d’alarme ; comme un indice d’un terrain sur lequel on peut sans doute progresser ; si je trouve que quelqu’un est mesquin, je peux observer cette mesquinerie en moi-même, l’accepter, puis voir concrètement comment m’améliorer sur ce point ; si je trouve que quelqu’un manque d’écoute, pareillement je peux me servir de ce jugement comme un rappel d’écouter les autres encore mieux.

Est-ce que ces idées vous parlent ? Merci d’avance à ceux qui voudront bien partager leurs lumières sur ces questions. En vous souhaitant une semaine pleine de bonheur 🙂

Leave a Reply

*

Next ArticleLe brossage de dents, le sport & la méditation