Michael Jackson – Man in the Mirror

J’ai regardé le Zapping de Canal + l’autre jour et à la fin c’était comme si on m’avait mis un coup de massue sur la tête : guerres civiles, terrorisme, réchauffement climatique… Bref j’ai eu le sentiment qu’on est nombreux à partager en ce moment : le monde file du mauvais coton.

Alors, on fait quoi ?

A l’époque où je présentais ma candidature à des universités américaines pour faire un MBA (diplôme de commerce), j’avais remarqué que beaucoup de candidats américains disaient dans leurs essais qu’ils voulaient changer le monde. Je trouvais ça un peu pédant et ridicule à l’époque.

Mais j’ai changé mon fusil d’épaule aujourd’hui, et je crois qu’on a tous un rôle à jouer.

Il semble qu’il y ait 2 approches à la question « comment faire pour changer le monde ? » : une approche « macro » et une approche « micro ».

L’approche macro est l’action des gouvernements, des organisations internationales et des organisations non-gouvernementales ; c’est tout ce qui vise à changer le monde par le haut, par de grandes initiatives touchant des multitudes de personnes. Cette approche est évidemment essentielle, et nécessaire au progrès de notre société. Mais malheureusement, en dépit de notre droit de vote et de l’argent qu’on peut donner à telle ou telle cause, on est peu à avoir un réel impact sur le plan macro.

L’autre approche – l’approche micro – est celle prônée par Michael Jackson dans la chanson Man in the Mirror, qui reprend elle-même la pensée de Gandhi : « Be the change you wish to see in the world » (« Sois le changement que tu veux voir dans le monde »). C’est l’idée qu’on a tous un rôle à jouer – même si on ne peut influer sur la politique nationale et internationale – tout simplement en nous changeant nous-même, en évoluant pour devenir de meilleures personnes.

Il y a 15 ans, quand j’étais un jeune étudiant en droit fougueux et idéaliste, je ne croyais qu’à l’approche macro, qui m’avait poussé à travailler au Zimbabwe dans une organisation qui défendait les droits de l’homme. Mais je vois les choses avec de nouveaux yeux aujourd’hui, et je crois que le changement le plus important que l’on peut opérer est celui qui va affecter les gens juste autour de nous : nos familles, nos amis, nos collègues, nos voisins, et tous les inconnus que la vie met sur notre route.

La bonne nouvelle est qu’on a tous l’occasion de faire le bien autour de nous. Qu’on soit un fêtard matérialiste ou un yogi végétalien, on est tous face à la même réalité : la vie est faite d’une succession de moments, qui sont chacun une opportunité de donner le meilleur de nous même.

On est tous connectés les uns aux autres, comme un grande chaine de dominos. Plus on envoie des ondes positives autour de nous – par l’écoute, la générosité ou même juste un sourire – plus les autres feront pareil. Et pour donner aux autres, on doit d’abord savoir comment se donner à soi: bien manger et bien dormir, faire du sport, et pratiquer la méditation et la gratitude quotidiennement.

On peut toujours demander aux gouvernants de changer le monde. Mais en attendant d’être entendus, et comme nous le rappellent Michael Jackson et Gandhi, on peut aussi simplement décider de changer quelque chose en nous aujourd’hui <3

Leave a Reply

*

Next ArticleSénèque